Le Pacte Services • Prenons le leadership des Services en Europe

L'ère du Service

Les services, Info ou Intox ?

Les ménages français consomment en majorité des services

Info : les familles françaises consacrent plus de 60% de leur budget à l’achat de services.


Les métiers de services, ce sont des petits boulots !

Intox : La diversité des activités représentées par les services offre un panel de profil sans équivalent dans les autres secteurs, dont la typologie professionnelle est moins riche. Les services accueillent tous les niveaux d’études, de formation et de qualification, de diplômés de grandes écoles ou d’ingénieurs, de cadres ou agents de maîtrise et bien évidemment de personnels qualifiés ou non qualifiés.


Les services et l’industrie, c’est pareil

Intox : Si le consommateur consomme aujourd'hui des «solutions» mêlant produits et services, le modèle économique des entreprises de services diffère de celui de l’industrie comme des autres secteurs.

Le modèle actuel qui encadre l’activité de toutes les entreprises a été conçu pour le modèle industriel. Il n’est pas adapté au modèle économique des entreprises de services.


Un emploi dans l’industrie génère deux emplois dans les services, sans industrie pas de services

Intox : Acceptons cette idée comme vraie, mais en admettant cet axiome, l’industrie détruisant des emplois depuis 20 ans, cela a donc mécaniquement détruit le double d’emploi dans les services ? Évidemment, non. Les services n’ont cessé de créer des emplois sur la même période.
Par ailleurs les services sont majoritairement les clients des services, 60% des échanges B-to-B se font entre les entreprises de services elles-mêmes. Ils ne dépendent donc pas directement de l’industrie.
La compétitivité hors coût de tous les secteurs de l’économie, leur montée en gamme, passe par les services. On peut donc dire aujourd’hui « sans services, pas d’industrie, pas de construction, pas de commerce » (à titre d’exemple : les sites de vente en ligne qui, sans la performance des fonctions transport et logistique, ne pourraient proposer leur offre ; des entreprises comme Terraillon qui ne vendent plus de balances mais de la santé connectée, …).


Les services sont à l’abri de la délocalisation, pas besoin de les protéger

Intox : les services peuvent être délocalisés. Ce risque est constaté par exemple dans l’hôtellerie (Ex : centrale de réservation hôtelière), l’informatique (ingénieurs et informaticiens travaillant à l’étranger, …), la sécurité privée avec l’impact des nouvelles technologies, etc. D’autres risques tels que la robotisation, le passage au travail au noir (ex. services à la personne), les travailleurs détachés... sont les mêmes que dans les autres secteurs.


Les services offrent de vraies perspectives professionnelles

Info : Les services offrent de formidables opportunités d’ascension sociale, y compris pour les personnels non qualifiés. La formation permanente et la mobilité sont deux principes inhérents aux activités de services.


Les services n’intègrent pas

Evidemment faux : L’entreprise et le travail sont les premiers facteurs d’intégration économique et sociale. Le chômage, lui, n’intègre pas.
Prédominantes dans notre modèle, les entreprises de services intègrent donc plus que les autres secteurs. Par ailleurs, grâce à la diversité et le nombre de profils qu’elles proposent dans leurs différentes activités, elles offrent la première opportunité d’emploi pour de très nombreux jeunes, dont les « NEET *». Elles sont par ailleurs le principal secteur qui accueille les publics éloignés de l’emploi. Elles accueillent également le nombre le plus important de travailleurs étrangers hors UE, 2,5 fois plus que l’industrie (Focus emploi GPS 2015 à paraître).
* NEET, signifie Not in Education, Employment or Training (ni étudiant, ni employé, ni stagiaire), est une classification sociale d'une certaine catégorie de personne inactive.


Les services sont les premiers contributeurs de la valeur ajoutée produite en France

Info : Aujourd’hui, les services marchands représentent près de 50% de la valeur ajoutée produite en France (près de 80% si on ajoute le commerce et les services publics).
Au cours des 15 dernières années, leur poids n’a cessé de croître. Il faut rappeler que les services ont généré plus de 95% de la croissance en France dans les années 2000 et que la balance commerciale des services est positive, de 18 milliards € en 2013.


Les services sont les premiers employeurs de France

Info : Les services rassemblent 9,8 millions d’emplois marchands. En 2013, 80% des emplois créés l’ont été dans les services.